Mort aux cons

Un professeur d’histoire médiévale de l’ENS-LSH, M. Sylvain Gouguenheim, s’est récemment avisé de publier un ouvrage dans lequel il remet en question la tendance actuelle des médiévistes à faire de l’Islam d’alors un parangon de la culture et de civilisation, grâce à qui nous avons pu bénéficier de toute la sagesse des anciens, et sans qui, finalement, nous serions aujourd’hui à l’âge de pierre. Bien sûr, ce n’est pas ce que disent les spécialistes ; un type comme Alain de Libera est évidemment loin d’être un âne et n’a jamais dit ça. Mais c’est l’idée qui est véhiculée auprès du grand public dans les productions télévisées, dans les romans à grande diffusion, dans les documentaires, etc. et c’est l’idée que le grand public retient, demandez un peu autour de vous. Un exemple assez caractéristique : l’image complètement fantasmée d’Al-Andalus, l’Espagne médiévale où chrétiens, juifs et musulmans vivent dans la paix et l’amour sous l’autorité bienveillante de l’un ou l’autre calife, avec pleins de gentils intellectuels qui passent leur temps à traduire Aristote et à discuter dans des patios où glougloute une fontaine. Ce n’est pas à la petite communauté historienne spécialiste de la question que Sylvain Gouguenheim s’adresse. Il aurait publié un article dans une revue universitaire, organisé un colloque, mais il n’aurait pas publié son bouquin Aristote au Mont-Saint-Michel aux éditions du Seuil s’il avait voulu s’adresser à cette communauté. L’auteur ne nie pas le rôle joué par la civilisation arabo-musulmane (il y a des querelles à n’en plus finir sur la terminologie, je fais simple, hein…), il le relativise, en particulier en ce qui concerne le rôle joué par le fond spécifiquement musulman, les acteurs spécifiquement musulmans. Sylvain Gouguenheim se trompe peut-être complètement, il est médiéviste mais pas spécialiste du sujet dont il parle ici, peut-être a-t-il un peu exagéré son propos justement du fait que son bouquin s’adressait à un public relativement large (en tout cas pas seulement universitaire). Là n’est pas la question.

Ce qui est atterrant, c’est le déchaînement qu’a suscité l’ouvrage. Communiqués sur le thème « ah, mais attention, ce type-là est tout seul, hein, nous on ne pense pas du tout comme lui », « comment peut-on écrire des choses pareilles », « le ventre est toujours fécond d’où est sorti la bête immonde », j’en passe et des plus rebattues de nos jours. Soit. Ceux qui ont été critiqués – très gentiment – dans l’ouvrage réagissent avec plus de violence, comme Alain de Libera, qui pêle-mêle, rapproche Sylvain Gouguenheim du ministère de l’Identité nationale, du Vatican et d’Huntigton. Que voilà de saines manières de procéder ; ça donne envie de rejoindre l’enseignement supérieur, à un point, vous ne pouvez pas savoir. Mais le comble vient d’être atteint, sous nos yeux ébahis, par un groupe de professeurs de l’ENS-LSH – l’institution où enseigne l’auteur d’Aristote au Mont-Saint-Michel. Qui viennent d’envoyer à leurs collègues, élèves et anciens élèves un appel à signer une pétition, que je divulgue en partie (je ne fais pas de divulgation de correspondance privée, à mon très humble avis, puisque qu’une pétition est faite pour être rendu publique, jusqu’à preuve du contraire).

Les professeurs en question – dont les noms importent peu – ne reprochent pas à Sylvain Gouguenheim d’exprimer ses thèses, Dieu soit loué. Ils appellent à ce que le débat se poursuive. Excellente chose. Que disent-ils alors ? Hé bien, sachez que « l’ouvrage de Sylvain Gouguenheim […] sert actuellement d’argumentaire à des groupes xénophobes et islamophobes qui s’expriment ouvertement sur Internet ». Mon Dieu mon Dieu mon Dieu. Des groupes xénophobes s’expriment sur Internet. Que fait la police. Et alors, bordel de cul. Mais qu’est ce que ça peut faire, bon sang ? Depuis que le monde est monde, les écrivains voient leur livres recyclés par des types auxquels ils n’auraient pas été serrer la main, c’est regrettable, mais c’est ainsi. Je préfère voir les groupes xénophobes et islamophobes plongés dans les bouquins de M. Gouguenheim qu’en train de taguer des croix gammées sur les cimetières, personnellement. Bref. Il y aurait de quoi rire, si tout ça ne visait pas à nuire à une personne qui ne mérite que l’estime et le respect – et le meilleur enseignant que j’aie jamais eu en face de moi depuis mon bac, soit dit en passant. Et en plus, on trouve sur Internet, cette jungle, un commentaire signé d’un mystérieux « Sylvain G. », plus précisément sur le site Occidentalis, effectivement assez virulent à l’égard de l’islam. Les professeurs demandent donc « une enquête informatique approfondie ». Attention ! Ausweis, bitte ! Il est déjà assez douteux que Sylvain G. et M. Gouguenheim soient une seule et même personne, le portail du site Occidentalis n’étant pas vraiment de nature à inciter les professeurs d’université à venir y contribuer… Et quand bien même. Vous lisez bien : il faudrait faire une enquête pour déterminer si un type a laissé un commentaire sur un site internet ! Comment les professeurs des universités et maîtres de conférence qui ont signé cette pétition ne se sont-ils pas rendu compte qu’ils sombraient dans le ridicule en formulant une pareille demande ? Comme l’auteur hypothétique du commentaire, qu’il soit ou non M. Gouguenheim, n’a commis aucune infraction, aucun délit, aucun crime, on est bien forcé, même si ça fait cliché, je m’en contrefous, de constater que ce qu’on lui reproche, c’est un mindcrime (cf. Orwell, crimepensée dans la traduction française – et titre d’un excellent album de Queensrÿche, mais là n’est pas la question), pas autre chose.

Voilà. Nous sommes en 2008 : des professeurs des universités et maîtres de conférences en lettres, sciences humaines et sociales, appellent à signer une pétition pour qu’on fasse une enquête sur l’auteur d’un commentaire sur un site internet. Bienvenue en France.

Le texte intégral de la pétition :

1-

Un enseignant de l’ENS-LSH, M. Sylvain Gouguenheim, professeur d’histoire médiévale, vient de faire paraître dans la collection « L’Univers historique » au Seuil un ouvrage, Aristote au Mont Saint-Michel. Les racines grecques de l’Europe chrétienne, qui entreprend de réviser l’idée d’une participation du monde islamique à l’élaboration des savoirs en Europe à l’époque médiévale. Les assises méthodologiques et les thèses de ce livre sont discutables et actuellement discutées par la communauté des spécialistes de cette période, historiens et philosophes (voir en pièce jointe PDF l’article de Julien Loiseau et Gabriel Martinez-Gros, paru dans Le Monde des livres du 25 avril 2008, ceux d’Alain de Libera et d’Hélène Bellosta dont des extraits ont été publiés dans ce même numéro). Dans un souci d’information, nous avons joint également à ce dossier documentaire les articles favorables de Roger Paul-Droit (Le Monde des Livres, 4 avril 2008 ) et de Stéphane Boiron (Le Figaro, 17 avril 2008).

2-

Il est tout à fait légitime qu’un chercheur puisse défendre et faire valoir son point de vue, surtout lorsque celui-ci est inattendu et iconoclaste ; il appartient alors aux spécialistes de répondre à ses arguments et de les contester le cas échéant. C’est ce que font les collègues dont nous avons reproduit les contributions dans le dossier ci-joint (PDF). Nous appelons d’ailleurs à prolonger ce débat intellectuel dans des journées d’études qui seront organisées à l’ENS LSH à l’automne 2008.

Malheureusement, l’affaire semble bien dépasser la simple expression de thèses scientifiques. L’ouvrage de Sylvain Gouguenheim contient un certain nombre de jugements de valeur et de prises de position idéologiques à propos de l’islam ; il sert actuellement d’argumentaire à des groupes xénophobes et islamophobes qui s’expriment ouvertement sur internet. Par ailleurs, des passages entiers de son livre ont été publiés sur ces blogs, au mot près, plusieurs mois avant sa parution.

On trouve également sur internet des déclarations qui posent question, signées «Sylvain Gouguenheim» (commentaire sur le site Amazon, 16 avril 2002) ou « Sylvain G. » (site Occidentalis, 8 novembre 2006). Bien évidemment, et nous en sommes parfaitement conscients, rien de ce qui circule sur internet n’est a priori certain, mais, au minimum, ces points méritent une explication et, le cas échéant, une enquête approfondie. Nous ne sommes pas du tout convaincus par les arguments fournis par Sylvain Gouguenheim au Monde des livres (« J’ai donné depuis cinq ans […] des extraits de mon livre à de multiples personnes. Je suis totalement ignorant de ce que les unes et les autres ont pu ensuite en faire »).

Sur ce point, on peut consulter les liens suivants :

http://www.occidentalis.com/blog/index.php/desinformation-historique-dhimmitude-quand-tu-nous-tiens

http://www.amazon.fr/gp/cdp/member-reviews/A26LSVVKJXC4E9/ref=cm_pdp_about_see_review?ie=UTF8&sort_by=MostRecentReview

http://passouline.blog.lemonde.fr/2008/04/27/laffaire-aristote-chronique-dun-scandale-annonce/

3-

L’ENS-LSH, institution laïque, républicaine et humaniste, à laquelle Sylvain Gouguenheim appartient et dont il tire pour bonne part sa légitimité, ne peut, par son silence, cautionner de telles déclarations.

– Nous, enseignants, chercheurs, élèves et anciens élèves de l’Ecole normale supérieure Lettres et sciences humaines, affirmons solennellement que les prises de position idéologiques de Sylvain Gouguenheim n’engagent en rien les membres de son Ecole.

– En nous gardant des querelles corporatistes, des conflits de personnes et des récupérations de tous ordres, nous souhaitons réaffirmer avec force notre attachement à la nécessaire distinction entre recherche scientifique et passions idéologiques.

– Nous demandons une enquête informatique approfondie sur les points évoqués plus haut.

– Nous demandons que toutes les mesures nécessaires soient prises afin de préserver la sérénité pédagogique et la réputation scientifique de l’ENS-LSH.

21 réflexions sur “Mort aux cons

  1. J’espère que quelqu’un lancera une pétition où l’on lira « solennellement que les prises de position idéologiques des signataires de la pétition au sujet de M. Gouguenheim n’engagent en rien les membres de leur Ecole » .

  2. Pinaise, je savais que certains normaliens étaient graves, mais de là à lancer cette pétition… ça vaudrait peut-être le coup de lancer une contre-pétition de soutien à Sylvain Gougenhein, qui est tout de même un remarquable médiéviste fort sympathique au demeurant.
    je peux relayer votre info chez moi?

  3. @ Bilas

    Pourquoi pas, mais moi, les pétitions, ça n’est pas trop mon truc.

    @ Camille

    N’hésitez pas à relayer l’information. Comme déjà dit, moi, les pétitions…

  4. oui, complètement d’accord avec toi. je suis élève à l’ens-lsh, et je trouve le principe de cette chasse aux sorcières totalement révoltant. le type a quand même le droit d’écrire le bouquin qu’il veut, et même d’être d’extrême droite si ça lui chante, tant qu’il n’enfreint pas la loi.

    Notons toutefois qu’il y a eu des messages de protestations, un « contre-appel » signé de plusieurs profs d’histoire, etc..

    pour camille: la pétition n’émane pas d’un « normalien » mais d’un prof.

  5. Cette manie des pétitions en effet… Bon courage concernant votre future entrée dans le secondaire Fandenimier.
    Et à vous de même pour la professorisation agrégative Camille…

    A bientôt.

  6. @ Pom

    Etant également élève à l’école, j’ai reçu le « contre-appel » lancé par plusieurs autres professeurs, qui me rassure. Je note également avec satisfaction que pour l’instant, les élèves des promos récentes ayant signé la pétition sont très peu nombreux…

    @ Robert Marchenoir

    Je vous en prie, ne sombrons pas dans les mêmes erreurs que nos adversaires. Essayons de faire en sorte que les mots continuent d’avoir un sens.

    @ Tang

    Merci, même si c’est mal barré…

  7. fandenimier:
    Pour ce qiu est des cons, sncèrement je crois qu’il y en a à peu près la même proportion dans la plupart des milieux… Ca ne les rend pas plus supportables, mais enfin on peut se concentrer sur ce qui nous a fait choisir telle voie plutôt que telle autre…

    Allez bon courage (et je voulais dire « le supérieur » bien sûr non le secondaire où je sévis.

  8. @ Tang

    Je ferai sans doute un petit, et peut-être un long détour par le secondaire…

    @ Polydamas

    Ah ! Je savais bien que la gloire viendrait !

  9. @ MT

    Il n’est jamais trop tard pour bien faire.

    @ J.-C. Durbant

    J’ai lu votre texte au sujet de l’affaire. Si vous lisez bien, ce qui me met mal à l’aise n’est pas qu’on lui fasse des reproches. Qu’on lui fasse tous les reproches qu’on veut, sur le fond et la forme de son ouvrage, là n’est pas la question. C’est la méthode employée qui me gêne. Notamment : 1) la demande d’enquête sur des commentaires postés sur des sites – il revient à M. Gouguenheim et à lui seul d’engager ou non des poursuites pour usurpation d’identité. 2) et l’espèce de pétitionnite à deux francs « Ginzburg a signé ? De Libera a signé ? Bon, ça va, je peux m’engager aussi, pas de danger » – ou dans le cas de la pétition de l’ENS-LSH – « On n’est pas spécialiste, voire pas historien ? On n’en a pas discuté avec M. Gouguenheim auparavant ? Peu importe, notre sacro-sainte réputation pourrait éventuellement en souffrir, alors vite, vite, lançons une pétition ». On est en train de faire du mal inutilement à l’un des meilleurs professeurs d’histoire qu’on ait en France dans l’enseignement supérieur – je parle de ce que je connais et suis capable d’apprécier, ses qualités pédagogiques.

    Pour la banalité, je crois que vous faites erreur. Pour le grand public, cf. force livres, documentaires, films (voyez le récent Kingdom of Heaven, par exemple) etc. l’islam médiéval raffiné et intellectuel face à l’Occident barbare et guerrier, c’est un cliché solidement ancré depuis quelques décennies. Il y a quelques années, M. Gouguenheim avait, grâce à un autre ouvrage, notablement contribué à faire reculer dans le grand public le cliché des « terreurs de l’an mille », alors qu’évidemment pour les spécialistes c’était depuis longtemps une banalité de dire que ces terreurs n’avaient pas ou très peu existé ; il a cru faire la même chose avec la transmission des savoirs à l’époque médiévale, il s’est peut-être trompé, a sûrement exagéré son propos. Et je trouve les réactions d’une grande partie du milieu universitaire hors de proportion.

  10. on peut ajouter que gougenheim est loin d’etre seul : jacques heers etait arrive aux memes conclusions il y a deja plusieurs annees. Le professeur BRAGUE, medieviste considere comme le plus grand connaisseur au monde de la civilisation arabo-musulmane (il enseigne a heidelberg) dit strictement la meme chose.

  11. je suis d’accord : il est de loin le meilleur prof que j’ai jamais connu et ce déjà il y a 15 ans au lycée !

  12. Bonjour,
    j’avais lu votre commentaire lorsqu’il était sorti et puis, « l’affaire » m’ayant pris beaucoup de temps, je n’ai pas eu le loisir de vous écrire. Il se trouve que la dite « affaire » rebondit depuis septembre dans le domaine universitaire (colloque dirigé contre moi le 4 octobre à la Sorbonne et un autre à venir à l’ens-lsh en mars) et éditorial (une partie des actes du 4 octobre est sorti aux presses de Lille I) et que je distille de temps à autre quelques mises au point lors de quelques interviews que je sélectionne. La dernière sur « résilience » un site kabyle pro-américain (nous vivons une époque formidable…) m’a valu une volée de bois vert! Je ne pense pas être « d’extrême droite » et je n’ai pas tué l’archiduc d’Autriche (voir les Tontons flingueurs). Merci en tout cas de vos compliments puisqu’il semble que nous nous soyons croisés! Au passage j’ai reconnu parmi les 19 commentaires une élève brillante que j’ai eue au lycée, N. Marchand. Si elle lit ce message, qu’elle me signale ce qu’elle est devenue!
    Bien cordialement, Sylvain Gouguenheim

  13. Pingback: Scène de la vie parisienne & fin de partie « Baroque et fatigué

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s