Lectures

L’auteur ayant été tagué par Camille de Carnets baroques, tout, vous saurez tout des rapports tumultueux qu’il entretient avec la lecture. Il tague à son tour, à tout hasard, Le Grand Charles, Polydamas, mais tous ceux qui sont dans la colonne de droite auraient sans doute des réponses intéressantes à fournir (Restif peut répondre dans les commentaires…).

1) Quel(s) souvenir(s) avez-vous de votre apprentissage de la lecture ?

Le calcul mental et les images champêtres de la méthode Boscher.

2) Vos lectures préférées lorsque vous étiez enfant ?

La comtesse de Ségur, Jules Verne, Club des cinq, Clan des sept et Six compagnons, Les aventures du capitaine Longoreille, L’Histoire de France illustrée de Bainville…

3) Aimez-vous la lecture à haute voix ?

Indispensable pour la poésie (je m’endors en chuchotant du Cendrars, en ce moment…). Parfois pour le théâtre. Pas pour le reste.

4) Votre conte préféré ?

Je ne saurais pas en choisir un en particulier. En ce moment, certains contes d’Hoffmansthal me plaisent bien.

5) La meilleure adaptation d’un roman ou d’une pièce de théâtre ?

Joker (cherche culture cinématographique, d’occasion, peu servi, faire offre au blog qui transmettra).

6) Apprenez-vous par coeur certains poèmes, répliques de théâtre, passages de roman ?

Oui. Ronsard, du Bellay, Malherbe, Racine, Mallarmé, Baudelaire, Verlaine, Rimbaud, Apollinaire, Cendrars. Et Cyrano de Bergerac.

7) Avez-vous des livres ou des magazines dans vos toilettes ?

Manque de place. Et la proximité de la douche les mettrait en péril.

8 ) Avez-vous plusieurs lectures en chantier ? Combien ? Lesquelles ?

Une Introduction à la théologie (collectif), La Question de la tradition dans la théologie catholique contemporaine (Boeglin), le tome II des Journaux de guerre de Jünger, je relis Kim (de Kipling), un manuel de théorie musicale.

9) Le poète que vous ne cesserez jamais de relire / de vous réciter ?

Apollinaire, Cendrars.

10) Le livre que vous avez lu le plus rapidement ? Le plus lentement ?

Les Raspail quand j’avais quatorze-quinze ans. Entre dix heures et onze heures et demie, avec une lampe de poche, 200-250 pages, ça passe vite.

Tiens, idem que Camille pour le plus lentement, Tristram Shandy, entamé une bonne demi-douzaine de fois et toujours pas fini…

11) Préférez-vous les éditions de poche aux originales ? Pourquoi ?

Oui. Avantageuses en termes de finances et de transport, essentiellement.

12) Le(s) livre(s) que vous ne rangez jamais dans votre bibliothèque et qui traîne(nt) toujours ?

L’Anthologie de la poésie française de Pompidou.

13) Quel est votre rapport physique à la lecture ? Debout ? Assis ? Couché ?

Assis (chez moi). Debout (dans le métro, dans la rue).

14) Vos lectures sont-elles commentées crayon en main ?

Aaargh. Vade retro. On n’écrit pas dans un livre, même avec un crayon. Au pire, on note au crayon sur la dernière page du bouquin les numéros de pages des citations intéressantes. (Sauf manuel de concours…).

15) Offrez-vous des livres ?

Oui. Avec des dédicaces âchement soignées, et tout. Je ne suis pas sûr qu’ils les lisent, en revanche.

16) La plus belle dédicace, que ce soit de l’auteur ou de la personne qui vous l’offrit ?

J’aime bien les dédicaces sobres, dans le genre « à ma mère », « à Boris », etc.

18 ) Quels sont les auteurs dont vous avez lu les oeuvres intégrales ?

Roger Nimier (hors articles de presse non publiés en volume), Maurice Leblanc, Jean Raspail, Clive Cussler (tous ses romans traduits en français).

19) Un livre qui vous a particulièrement fait rire ?

Dialogue de vaincus, de Lucien Rebatet et P.-A. Cousteau.

20) Un livre qui vous a particulièrement ému ?

Un roman plus ou moins Signe de piste dont le héros est le fondateur de la Légion étrangère. J’ai même chialé quand, à la fin, il meurt en France loin de l’Algérie qu’il a tant aimé. Bon, j’avais quatorze ans et l’émotion facile. Oublié le titre.

21) Le Livre qui vous a terrifié ?

J’ai fait des cauchemars pendant six mois après avoir lu dans un Je bouquine une bande dessinée écrite à partir du Ruban moucheté de Conan Doyle, en CM1 ou CM2.

22) Le livre qui vous a fait pleurer ?

Voir 20).

23) L’avertissement / l’introduction qui vous a le plus marqué ?

Récemment, le début des Grands cimetières sous la lune de Bernanos.

24) Le titre le plus marquant, original, décalé, astucieux ?

What’s Wrong With the World (Chesterton) ; à double sens, répétition du « W », ironie, désinvolture… tout pour plaire.

25) Décrivez votre bibliothèque.

Deux étagères IKEA bourrées à craquer. Des tas de bouquins sur une table basse. Des tas de bouquins sur une table de travail.

26) Les livres dont vous vous êtes finalement débarrassé ?

Il va falloir se résoudre un jour à ce douloureux dessaisissement (même s’il s’agit de manuels ou de livres que je déteste…).

27) L’endroit le plus insolite où vous lisez ?

Sur une place en bas de chez moi (insolite parce qu’avec le boucan qu’il s’y fait en permanence, c’est le dernier endroit où beaucoup de gens iraient lire…).

28 ) Il ne vous reste que trois jours à vivre : que souhaitez-vous lire ou relire ?

Le Hussard bleu pour se marrer une dernière fois, et le De Trinitate d’Augustin pour se préparer à la rencontre avec l’Autre Zouave (au cas où…).

29) Votre livre d’art préféré ?

Un bouquin sur Dali qui m’a longtemps servi de livre de chevet.

30) La bibliothèque idéale ?

J’y ai déjà pensé.

31) L’incipit qui vous a le plus marqué ?

Euh… celui des Epées, de Nimier. Surtout quand c’est le premier ouvrage de lui que vous lisez, et qu’on vous a dit avant que c’était un auteur réactionnaire. Lisez, vous comprendrez.

32 ) La clausule qui vous a le plus marqué ?

Hé ben… c’est pas que je sois monomaniaque hein… celle du Hussard bleu de Nimier… il y a quelques phrases dont je ne me souviens pas, mais qui sont bien, la dernière étant « Tout ce qui est humain m’est étranger ».

7 réflexions sur “Lectures

  1. Ahaaaaa, la Méthode Boscher… je l’avais oubliée.

    « Toto a été têtu. Papa a tapé Toto. ».

    tout un monde enchanteur perdu. Encore que… il paraît que la Méthode Boscher est n° 1 des ventes pour les bobos jeunes parents. Comme quoi.

  2. Pingback: ylyad » Lecture
  3. On néglige trop l’universalité du Club des 5 qui ont manifestement bercé notre enfance!

    Heureux sommes nous d’avoir connu tant d’innocence!

    Les enfant d’aujourd’hui feront ce genre de « kestonière » dans quelques années, mais ce sera avec les émissions de télé réalité…

  4. @ Camille

    Quand on pense qu’il y a vingt ans la méthode Boscher était un quasi-monopole des familles réactionnaires. O tempora ! O mores !

    @ Elise

    J’étais fan de… comment s’appelle-t-elle déjà ? Celle qui est délurée, un peu garçon manqué ? Ah oui, Claude, qui pique une crise chaque fois que sa grand-mère l’appelle Claudine, ou quelque chose comme ça. Alors qu’Annie n’est qu’une petite dinde.

  5. Décidément, il circule, ce questionnaire ! Et Élise a raison : le Club des Cinq semble vraiment être le fonds commun à beaucoup d’entre nous.

    Pour ce qui est de Nimier, je n’ai jamais pu le lire, je ne sais pourquoi. Il faudrait que je ressaie…

  6. Pingback: Scène de la vie parisienne & fin de partie « Baroque et fatigué

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s