Aconage ou acconage

C’t’aprème, je devais, entre autres, relire tout un tas de choses inintéressantes qu’on va publier à plein d’exemplaires. Pas ce qu’il y a de plus excitant dans mon job actuel, passons. Et là, je tombe sur un mot inconnu. Acconage. Jugez de mon incommensurable prétention : j’ai d’abord pensé à une coquille. Vu le contexte, dans lequel un terme technique était plausible, je me suis dit, vérifions tout de même. Là, comme ça, sans contexte, j’aurais pensé à quelque chose d’assez salé – d’autant que je viens de finir péniblement Juliette ou les prospérités du vice (en sautant pas mal de passages… parfois amusant, mais souvent pénible… à la fin c’est du délire, on a des ogres qui bouffent des pâtés aux couilles, des papes qui éventrent des fillettes en pleine basilique Saint-Pierre… vous ai-je déjà raconté qu’un jour, dans une réunion de jeunes catholiques fascisants, j’ai jeté un froid en disant à je ne sais plus quel propos : « tout à fait, c’est comme dans Sade » ?).

Bref. Après enquête approfondie, il s’avère qu’il ne se passe rien de bien salace au cours d’un aconage. Vous saurez donc qu’aconage, qui peut également s’écrire acconage, désigne « une opération de transport, de manutention, de chargement ou de déchargement des marchandises, faite au moyen d’accons entre le bateau en mer et le quai, et vice versa » (Trésor informatisé de la langue française). Un acon ou accon étant « une embarcation à fond plat, servant à divers usages », « utilisé en Anjou, Poitou, pays d’Aunis et Saintonge pour aller sur les vases à marée basse », servant également « dans les Antilles, au chargement des navires de commerce » (même source).

L’étymologie que donne le TILF m’a l’air sacrément foireuse. Je vous la mets quand même. De l’anglo-saxon naca, barque, chute du n initial par confusion avec celui de l’article indéfini. Le patron d’un acon, ou l’ouvrier qui travaille sur l’embarcation en question est un acconier. Bonsoir.

2 réflexions sur “Aconage ou acconage

  1. Lumineux et comique, ce post.
    Il est grand temps que je revienne plus souvent vous lire, Lyonnais.
    quand vous parlez de la langue française, je rapplique toujours, anyway.
    bien à vous

  2. @ Albertine

    Je viens également de rattraper quelques semaines de retard sur votre blog. D’où le billet suivant, d’ailleurs.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s