Custine sur l’Afrique noire

Ces quelques lignes de Custine sur la Russie du début du XIXe siècle (dans ses Lettres, dont j’ai déjà vivement recommandé la lecture sur ce blog) me semblent s’appliquer assez bien aux élites d’Afrique noire. Le constat est certes sévère et peu encourageant. Mais quand on sait ce qu’étaient ces mêmes élites il y a cinquante ans – d’anciens étudiants, souvent brillants, au moins aussi cultivés et intelligents que leurs collègues de métropole, même s’ils furent hélas rapidement corrompus par l’exercice du pouvoir – il est difficile d’être optimiste.

“Il n’est que trop facile ici de se laisser prendre aux apparences de la civilisation. Si vous voyez la cour et les gens qui la grossissent, vous vous croyez chez une nation avancée en culture et en économie politique ; mais lorsque vous réfléchissez aux rapports qui existent entre les diverses classes de la société, lorsque vous voyez combien ces classes sont encore peu nombreuses, enfin lorsque vous examinez attentivement le fond des mœurs et des choses, vous apercevez une barbarie réelle à peine déguisée sous une magnificence révoltante.

Je ne reproche pas aux Russes d’être ce qu’ils sont ; ce que je blâme en eux, c’est la prétention de paraître ce que nous sommes. Ils sont encore incultes ; cet état laisse du moins le champ libre à l’espérance, mais je les vois incessamment occupés du désir de singer les autres nations, et ils les singent à la façon des singes, en se moquant de ce qu’ils copient. Alors je me dis: voilà des hommes perdus pour l’état sauvage et manqués pour la civilisation, et le terrible mot de Voltaire ou de Diderot, oublié en France, me revient à l’esprit : « Les Russes sont pourris avant que d’être mûrs. »”