Bien vu, Frédo

« Ayant distingué entre « l’idée du christianisme » et ses « apparences » multiples et vulgaires, on se fait accroire à soi-même que cette « idée » trouve un malin plaisir à se manifester sous des formes toujours plus pures, pour choisir enfin la forme la plus translucide dans le cerveau de l’actuel theologus liberalis vulgaris. Mais quand il entend ces christianismes les plus purs se prononcer sur les christianismes antérieurs qui étaient impurs, l’auditeur impartial a souvent l’impression qu’il n’est point du tout question de christianisme… »

Nietzsche, Seconde considération intempestive

Une réflexion sur “Bien vu, Frédo

  1. Dans Ecce homo, cette phrase, « je ne crois qu’à la culture française, hors de cela tout ce qu’on appelle en Europe culture repose selon moi sur un malentendu »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s