Sauver le Christ des mains des Clercs

La seule chose que je puisse être : une voix qui répète, opportune et inopportune, que l’Église dépérira aussi longtemps qu’elle n’échappera pas au monde factice de théologie verbale, de sacramentarisme quantitatif et de dévotions subtilisées où elle s’enveloppe, pour se réincarner dans les aspirations humaines réelles. – Aucune considération d’aucun genre, je le sens, ne pourra m’arrêter dans cette ligne. Rien ne comte plus au Monde pour moi que cette Cause : sauver l’esprit et la vérité. – Naturellement, je discerne assez bien ce que cette attitude a de paradoxal : si j’ai besoin du Christ et de l’Église pour sauver mon Monde, je dois prendre le Christ tel que me le présente l’Église, avec son fardeau de rites, d’administration et de théologie. Voilà ce que vous me direz, et ce que je me suis dit bien des fois. Mais maintenant je ne puis échapper à l’évidence que le moment est venu où le sens chrétien doit « sauver le Christ » des mains des Clercs pour que le Monde soit sauvé.

Pierre Teilhard de Chardin, Lettre à Auguste Valensin, 25 février 1929.

12 réflexions sur “Sauver le Christ des mains des Clercs

  1. Il me semble que le Christ est déjà un « impossible » qui s’est incarné dans l’Eglise justement. A chaque fois qu’on a voulu le tenir hors de l’Institution, on a créé la variation infinie, celle des temples protestants. Le paganisme est mort quand on a fermé les derniers temples, il en sera de même du christianisme si l’Eglise catholique est désertée

  2. Memento Mouloud> Teilhard de Chardin était un prêtre qui était heureux de l’être et qui avait toujours respecté — même s’il en avait beaucoup souffert — le voeu d’obéissance. Je ne pense donc pas qu’on puisse interpréter cette lettre dans un sens « anti-hiérarchie. » D’autant plus que le mot « clerc » ne désignait pas seulement les prêtres mais aussi ceux (croyants ou non) qui tenaient un magistère intellectuel, moral ou artistique (voir par exemple la trahison des clercs paru en 1927 donc deux ans auparavant).

    Il visait donc plutôt un certain état d’esprit. Le Christ ne peut qu’être connu que par l’Eglise telle qu’instituée par le Seigneur mais on doit aussi lutter en permanence contre le risque d’enfermement au sens physique ou spirituel.

  3. Theillard de Chardin, ou un cas typique du siècle.

    D’un côté on est dégouté de la théologie dite verbale (mais qu’est ce que cela veut dire bon sang ?) Mais de l’autre on en fabrique des milliers de lignes pour le coup plus verbales que théologiques, sous couvert de science.

    On veut libérer le Christ des théologiens, mais en fait c’est à seule fin de le diluer dans cette gnose mi-théologique, mi-scientifique qu’est la pensée de Theillard.

    Ca doit être ça, le progrès… Un progrès de l’esprit, de la vérité, qui se fait par le mépris pour l’histoire (voir l’expression ‘théologie verbale’ qui semble être un pur jugement), pour les sciences sapientiales, pour la Tradition Divine assimilée à « l’oeuvre des clercs ». Pas sur qu’un tel progrès soit enviable.

  4. D’accord Bashô, mais si on s’en tient à la conjoncture historique, on voit que la lettre de Teilhard se situe entre la condamnation de l’Action Française qui vise la tentation du gallicanisme et l’appel à l’esprit missionnaire afin de reconquérir les masses prolétariennes gagnées au communisme. Ce qui se dessine dans la lettre de ce prêtre c’est le dessein d’une main tendue au monde du dehors c’est-à-dire une perspective sociologique dans laquelle (c’est mon point de vue mais aussi celui de beaucoup d’autres) l’Eglise s’est toujours fourvoyée

  5. Plutôt que de main tendue, je parlerais de nécessaire tension entre (pour reprendre le mot de Bonhoeffer) les réalités dernières et les réalités avant-dernières. Le Concile Vatican II a très bien résumé en parlant de sacrement de l’unité du genre humain.

  6. J’ai parfois envie de Sauver le Christ des mains de la Conf des Évêques de France, mais je crois que c’est un péché d’orgueil.

  7. Bashô, sacrement de l’unité du genre humain, vous y croyez ? Pendant longtemps, du moins en terre de chrétienté on a tenu la persistance du fait juif pour un signe, celui du temps Historique qui se tient entre la résurrection du Christ et la Parousie, toute la mystique impériale médiévale s’est tenue là-dessus. Mais désormais, j’avoue ne pas croire, ni penser que tous et un à un seront évangélisés. A partir de ce constat, on peut 1/ se dire que toutes les croyances en général, ou plus simplement les monothéismes convergent c’est le plus petit dénominateur commun de l’œcuménisme ou une forme plus ou moins forte de relativisme en fonction des cas 2/ Que le christianisme est notre héritage, à nous européens, et que fidèle ou non, nous avons comme tâche de maintenir vivant ce trésor (je veux dire ailleurs que dans les apéros géants catholiques qui se nomment JMJ)

  8. Je vais commencer par la fin. Si nous ne voyons le christianisme que comme un héritage alors il ne peut que continuer à s’affadir et n’être plus qu’une chose morte dont le goût faisandé ravira les esthètes.

    Je ne crois pas que les monothéismes « convergent ». Par exemple, on peut dire que le bouddhisme est, dans sa pratique concrète et non dans sa métaphysique, bien plus proche du christianisme que l’est l’Islam.

    Et oui, je crois que l’Eglise est le sacrement de l’unité du genre humain. Pourquoi n’y croyez-vous pas?

  9. Intéressant votre rapprochement entre bouddhisme et christianisme, Nietzsche disait déjà la même chose, il y mettait même une étiquette celle du nihilisme. Pourquoi je n’y crois pas Bashô, parce que les paroles du Christ s’adressent à chacun de nous pris séparément. A l’opposé de tous les monothéismes, le christianisme ne rassemble pas des individus qui auraient une propriété commune, il rassemble ceux qui ne cessent de se différencier. En gros, les chrétiens forment une classe paradoxale. Le christianisme est donc un appel qui évite de rejoindre le troupeau grégaire parce qu’il invite à l’introspection (c’est pour cela que je ne souscris pas au jugement lapidaire de Nietzsche sur l’œuvre de l’Eglise)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s